Une Flore intestinale équilibrée

La santé dépend d’un équilibre subtil et constant de l’organisme malgré les fluctuations de l’environnement extérieur. Cet équilibre est particulièrement important dans le tube digestif où cohabitent une centaine de milliards de bactéries regroupees pour former un véritable écosystème.

Cette flore intestinale est composée d’une flore dominante anaérobie acquise (99%), d’une flore sous-dominante surajoutée, liée directement à l’environnement (1%) et d’une flore fluctuante (bacilles, levures, parasites…0,01%).
Toutes ces bactéries, colonisant notre tube digestif ,sont pour la majorité des amies de notre organisme dont la principale fonction est de s’occuper de la dégradation finale des résidus de la digestion. Elles contribuent aussi à différentes fonctions métaboliques comme la synthèse des vitamines du complexe B, la neutralisation des toxines et des radicaux libres, le métabolisme des acides biliaires en accélérant leur élimination, le maintien en respect des bactéries et micro-organismes pathogènes…
Lorsque ces précieuses alliées sont affaiblies, les bactéries nuisibles prolifèrent et le système digestif devient une source d’intoxication plutôt que de nutriments.
Si le déséquilibre s’installe, il peut résulter les symptômes suivants:
– diarrhée/constipation
– flatulences
– irritation de la muqueuse (diverticules, syndrome du colon irritable…)
– intolerances alimentaires
– allergies diverses
– mauvaise assimilation des nutriments (carences…)
– affaiblissement de l’immunité

Une alimentation moderne raffinée, transformée et non-physiologique va affecter la flore intestinale, ainsi que le stress, la prise d’antibiotiques, une eau chlorée, les métaux lourds…
Les meilleurs probiotiques vont tout d’abord provenir d’une alimentation saine et équilibrée au quotidien.
En naturopathie, on emploie le terme « hypotoxique », c’est-à-dire une alimentation principalement végétale et complète.
En effet, pour préserver une bonne flore intestinale, réduisez votre consommation d’aliments concentrés tels que la viande, les fromages, les graisses et les sucres simples.
Alors priorité aux fruits, légumes et céréales complètes, noix, graines et huiles végétales de première pression à froid.
Mangez ainsi plus de fibres qui sont des prébiotiques et qui vont nourrir votre flore intestinale et la renforcer naturellement.
Préférez des aliments biologiques car ils ne contiennent pas de pesticides et de conservateurs qui altérèrent votre flore.
Les produits lactofermentés contiennent de bonnes bactéries du groupe lactique. La plupart des légumes peuvent être consommés sous cette forme (choucroute crue, kimshi, betteraves, cornichons…)
De plus, bien qu’il soit préférable de limiter son apport en produits laitiers, il y a cependant un excellent yaourt que l’on peut trouver en magasin bio et qui s’appelle K-Philus. C’est un lait fermenté à haute concentration de bactéries lactiques vivantes.
Le pollen de cyste est un excellent moyen de se procurer des probiotiques de qualité, ainsi que la poudre de baobab.
Bien entendu, tous ces conseils restent généraux et tout dépendra de votre profil et de votre terrain qui nous guideront vers une approche plus individualisée et ciblée afin d’obtenir de bons résultats sur du long terme.