Plantes adaptogènes : la Rhodiola

Une plante adaptogène est une plante qui va permettre au corps de s’adapter.

C’est une plante qui va soutenir l’organisme.

En effet, une plante adaptogène fait partie d’un groupe de plantes qui ont poussées sur des terrains avec des grandes variations de climat. Elles ont pu développer des principes actifs pour s’adapter à la virulence du climat environnant (altitude, froid, sécheresse…).

Elles permettent donc au corps de mieux s’adapter.

Elles agissent sur le longs cours et peuvent être prises pendant trois mois par exemple.

Une plante adaptogène que je conseille souvent est la Rhodiola Rosea.

C’est une plante qui vient des pays Nordiques. C’est la plante des Vikings !

Cette plante, qui pousse dans les régions froides et montagneuses, est cultivée pour sa racine. Elle permet de lutter contre la fatigue, d’améliorer les facultés cognitives et les performances physiques

La Rhodiola sera prise le matin sous forme de teinture-mère afin de booster notre énergie physique et nerveuse.

Je vous présente le magnesium

Vous déjà sûrement entendu parlé de l’importance du magnésium pour maintenir une bonne santé, mais connaissez-vous son rôle précis et comment ce précieux mineral peut soutenir et équilibrer votre organisme ?  Laissez-moi donc vous le présenter ! 

Selon la definition courante, le magnésium est « un minéral abondant dans le corps qui est naturellement présent dans de nombreux aliments, est ajouté à d’autres produits alimentaires et disponible en tant que complément alimentaire. Il est parfois présent dans certains médicaments tels que les antiacides et les laxatifs. » 

Le magnésium est à la fois un minéral essentiel et un électrolyte. Il est impliqué dans la régulation du stress et dans l’activité cellulaire. 

👉 Cela signifie que les personnes qui subissent beaucoup de stress peuvent bénéficier d’en consommer davantage.

Le magnésium que l’on va prendre sous forme de complément alimentaire va permettre d’augmenter les niveaux chez les personnes souffrant d’anxiété, de migraine, de douleur chronique, de diabète ou de problèmes cardiaques.  

L’un des suppléments souvent utilisés pour la carence de ce nutriment est le glycinate de magnésium qui est le magnésium lié à un acide aminé nommé glycine. Cette forme de supplément est la plus intéressante car elle a un très bon niveau d’absorption. Cela signifie que votre corps peut bien l’assimiler. De plus, il agit rapidement, est généralement bien toléré et ne provoque pas de selles molles (diarrhée).

Le magnésium est un minéral essentiel qui est très important pour de nombreux aspects de la santé car il est impliqué dans des centaines de fonctions corporelles, notamment :

🌿 Régulation de la pression artérielle

🌿 Synthèse des protéines

🌿 Production d’énergie

🌿 Contrôle de la glycémie

🌿 Processus digestifs (régularisation du transit) 

🌿 Régulation des rythmes cardiaques

🌿 Effet calmant sur les fonctions du cerveau (notamment celles impliquées dans le sommeil et la stabilisation de l’humeur) 

🌿 Maintient de la densité osseuse 

✅ Avantages d’une supplementation en magnesium glycinate pour la santé :

✨ Permet de palier à une carence en magnesium (en sachant que 50% de la population est carencée). 

Éviter une carence en magnésium est essentiel car ce minéral est lié à d’autres nutriments dans le corps, notamment le calcium, la vitamine K et la vitamine D.

✨ Permet d’améliorer la qualité du sommeil.

Des études ont montré que les suppléments de magnésium peuvent aider à favoriser la relaxation musculaire, à diminuer les crampes dans les jambes et les spasmes musculaires, à réduire la tension et l’anxiété et à diminuer la douleur, ce qui peut vous empêcher de bien dormir la nuit. 

Parce qu’il peut aider à améliorer la qualité et la quantité de votre sommeil, le magnésium peut également aider à réduire la fatigue diurne (dans la journée) et à améliorer la concentration, l’apprentissage et la mémoire.

✨ Peut aider à traiter les maux de tête/migraines. 

La carence en magnésium joue un rôle dans la présence de certaines formes de migraines pour plusieurs raisons. Une carence peut augmenter la tension musculaire, augmenter l’anxiété, modifier la libération des neurotransmetteurs, interférer avec la pression artérielle et modifier l’agrégation des plaquettes sanguines.

Les suppléments de magnésium se sont révélés utiles pour le traitement des maux de tête aigus.

✨ Peut aider à réduire les symptômes du syndrome pré-menstruel (SPM). 

✨ Permet une réduction des crampes dans les jambes pendant la grossesse. 

✨ Diminue les spasmes musculaires et les crampes chez les athlètes

✨ Favoris une amélioration des performances sportives et de la récupération après les entraînements. 

✨ Aide à contrôler la glycémie chez les personnes atteintes de diabète/résistance à l’insuline.

✨ Permet une amélioration de la santé osseuse chez les personnes sensibles aux fractures osseuses.

Différence entre magnésium glycinate  et magnesium citrate :

Le citrate de magnésium est une forme de magnésium populaire, largement disponible et peu coûteuse qui est combinée à l’acide citrique. Cette forme est plus susceptible d’avoir un effet laxatif mais elle est par ailleurs sans danger pour améliorer la digestion et prévenir la constipation. 

🥑 Bien que les suppléments de magnésium puissent être utiles, il est bien sûr idéal de consommer également beaucoup de magnésium provenant de sources naturelles d’aliments entiers, en particulier d’aliments riches en nutriments, tels que les légumes verts, les légumineuses, l’avocat, les noix, les bananes et les patates douces.

Peut-on prendre du citrate de magnésium et du glycinate ensemble ?

Oui, assurez-vous simplement de ne pas prendre une dose élevée des deux types, ce qui pourrait entraîner des effets secondaires. Différentes formes de suppléments de magnésium sont mieux adaptées pour traiter différents symptômes, en fonction de la façon dont ils sont absorbés et distribués dans tout le corps. Par exemple, si vous souffrez à la fois de maux de tête et de constipation, la prise simultanée de citrate de magnésium et de glycinate peut être bénéfique.

Dois-je prendre du magnésium le matin ou le soir ?

Le meilleur moment de la journée pour prendre du magnésium pour la plupart des gens est juste avant le coucher. C’est aussi une bonne idée de fractionner les doses, en prenant certaines le matin et d’autres le soir, ce qui peut aider à l’absorption. Cela dit, le magnésium peut être pris à tout moment qui est le plus pratique et le plus facile à respecter.

Mieux comprendre l’angoisse pour mieux l’apprivoiser

À bien des égards, l’anxiété est une réponse saine à un stimulus externe. Nous devrions être en état d’alerte lorsque nous prononçons un discours, prenons un avion, en période de turbulence intense ou lorsque nous rencontrons une menace potentielle. En règle générale, lorsque l’événement stressant est terminé, nous nous attendons à un retour vers un équilibre physiologique… et la plupart d’entre nous le font.

L’anxiété devient un problème lorsqu’elle se répand dans notre vie quotidienne. Pour une personne souffrant d’un trouble d’anxiété, des tâches normales comme aller à l’épicerie ou même quitter la maison peuvent être ressenties comme un défi insurmontable. Pour ceux qui souffrent de peur, d’inquiétude ou de panique constantes, les situations normales dans leur environnement extérieur peuvent être perçues comme aussi menaçantes que de se retrouver face à un grizzli. Avec l’anxiété clinique, le corps de la personne produit en fait la même réaction chimique physiologique que si elle était face à un très dangereux animal affamé. La réalité cependant, c’est qu’il n’y a pas de menace réelle.

Une série d’événements répétitifs, très chargés et stressants émotionnellement qui se produisent dans la vie d’une personne dans un court laps de temps pourraient activer la réponse du stress du corps encore et encore. Lorsque la réponse au stress est activée et ne peut pas se désactiver, les mécanismes de survie du corps sont enclenchés et peuvent rester ainsi pendant de longues périodes. Lorsque quelqu’un vit en mode survie, il vit dans un état d’urgence et est continuellement préparé au danger. Le cerveau et le corps sont toujours hyper-stimulés.

Voici où les choses se compliquent. En préparation à la prochaine menace perçue, une personne pensera au pire scénario futur possible (basé sur un souvenir passé spécifique) et le vivra émotionnellement avec une telle sensation de réalité (alors que ce n’est que dans sa pensée pour le moment), que son corps commence à croire qu’il est réellement dans cette réalité angoissante. Pourquoi ? Parce que le corps est connecté à l’inconscient. Il ne connaît pas la différence entre une expérience réelle de la vie qui crée une émotion ou lorsqu’une émotion est créée par la pensée seule. En conséquence, le corps peut être en état de déséquilibre simplement en pensant.

C’est la repetition de ce processus qui conditionne le corps a rester en état de stress continu. En d’autres termes, l’anxiété est inconsciemment programmée dans le corps.

Étant donné que les crises d’angoisse sont un sous-produit de l’hyper-vigilance (la préparation constante pour la prochaine expérience stressante) alors, est-il possible d’inverser le processus et d’enseigner à un individu, par la méditation et par la respiration à canaliser ses pensées ?

À bien des égards, l’anxiété est une réponse saine à un stimulus externe. Nous devrions être en état d’alerte lorsque nous prononçons un discours, prenons un avion, en période de turbulence intense ou lorsque nous rencontrons une menace potentielle. En règle générale, lorsque l’événement stressant est terminé, nous nous attendons à un retour vers un équilibre physiologique… et la plupart d’entre nous le font.

L’anxiété devient un problème lorsqu’elle se répand dans notre vie quotidienne. Pour une personne souffrant d’un trouble d’anxiété, des tâches normales comme aller à l’épicerie ou même quitter la maison peuvent être ressenties comme un défi insurmontable. Pour ceux qui souffrent de peur, d’inquiétude ou de panique constantes, les situations normales dans leur environnement extérieur peuvent être perçues comme aussi menaçantes que de se retrouver face à un grizzli. Avec l’anxiété clinique, le corps de la personne produit en fait la même réaction chimique physiologique que si elle était face à un très dangereux animal affamé. La réalité cependant, c’est qu’il n’y a pas de menace réelle.

Une série d’événements répétitifs, très chargés et stressants émotionnellement qui se produisent dans la vie d’une personne dans un court laps de temps pourraient activer la réponse du stress du corps encore et encore. Lorsque la réponse au stress est activée et ne peut pas se désactiver, les mécanismes de survie du corps sont enclenchés et peuvent rester ainsi pendant de longues périodes. Lorsque quelqu’un vit en mode survie, il vit dans un état d’urgence et est continuellement préparé au danger. Le cerveau et le corps sont toujours hyper-stimulés.

Voici où les choses se compliquent. En préparation à la prochaine menace perçue, une personne pensera au pire scénario futur possible (basé sur un souvenir passé spécifique) et le vivra émotionnellement avec une telle sensation de réalité (alors que ce n’est que dans sa pensée pour le moment), que son corps commence à croire qu’il est réellement dans cette réalité angoissante. Pourquoi ? Parce que le corps est connecté à l’inconscient. Il ne connaît pas la différence entre une expérience réelle de la vie qui crée une émotion ou lorsqu’une émotion est créée par la pensée seule. En conséquence, le corps peut être en état de déséquilibre simplement en pensant (nos pensées ont impact sur notre état physique et donc notre santé).

C’est la répétition de ce processus de pensées (qui deviennent automatiques) qui conditionne le corps à rester en état de stress continu. En d’autres termes, l’anxiété est inconsciemment programmée dans le corps.

Étant donné que les crises d’angoisse sont un sous-produit de l’hyper-vigilance (la préparation constante pour la prochaine expérience stressante) alors, est-il possible d’inverser le processus et d’enseigner à un individu, par la méditation et par la respiration à prendre conscience de ses pensées subconscientes ou inconscientes ? Est-il possible de changer le programme ? Et si une personne apprenait à aligner et ancrer le cerveau (les pensées) et le corps dans le moment présent encore et encore (au lieu du passé et du futur) ? En vivant dans le moment présent pendant 20 à 30 minutes à la fois, le corps (ainsi que le cerveau) ne devrait-il pas se sentir en sécurité, plus détendu et finalement plus équilibré ? Si vous souhaitez réellement agir positivement sur votre système nerveux et favoriser un état d’ancrage au quotidien afin de ne pas vivre la majeur partie de votre vie en état d’alerte, commencez par mettre en place des exercices  « d’hygiène des pensées ». La simple habitude régulière et consistante de  « se mettre en pause » et de prendre conscience des pensées qui sont là, qui défilent, qui se répètent, qui concernent un futur possible incertain ou un passé terminé sera bénéfique pour diminuer voir arrêter cet état presque hypnotique et automatique de stress. Les exercices  « d’hygiène des pensées » sont faciliter par la méditation et par la respiration et auront un impact de direct et de plus en plus important sur votre santé et sur votre réalité.

Série Conseils-Naturopathiques-Maison par temps de confinement ??

Si votre mode de vie actuel de confiné(e) à tendance à ralentir votre transit, vous n’êtes certainement pas seul(e) ! 

Alors que le confinement se poursuit, il y a un sujet qu’il est important d’aborder : la constipation de confinement ?!

Nous pouvons définir la « constipation de confinement » comme un changement des selles et du transit à la suite de changements (bouleversements ?) de notre routine quotidienne. Peut-être qu’avant le confinement, vous alliez avec succès aux toilettes tous les jours ?, mais maintenant vous avez du mal à y aller trois fois par semaine…? 

Le manque de mouvement est probablement une cause majeure de « constipation de confinement ». 

De plus, nous ne buvons pas autant d’eau, et une bonne hydratation est fondamentale pour un transit régulier.

Pour apaiser cet inconfort, voici quelques conseils naturopathiques à intégrer dans votre routine quotidienne:

  • Mangez des aliments riches en fibres ?: au tout début du confinement, la plupart des gens se sont rendus dans les magasins pour s’approvisionner en articles non périssables comme le riz, les pâtes et les farines ? ?. Le problème c’est qu’ils manquent souvent de nutrition, à savoir de fibres, de vitamines et de minéraux. Or moins vous mangez de fibres, plus vous risquez de souffrir de constipation. À l’inverse, les aliments riches en fibres augmentent la fréquence du transit, aident à augmenter la motilité intestinale et peuvent même augmenter le volume des selles. Les fibres sont le « balai de la nature » ?, il n’est donc pas surprenant que la plupart des « régimes de quarantaine », riches en aliments transformés et manquant de fibres, ne suffisent pas à faire bouger les choses dans les intestins ! Pour une fonction intestinale optimale, il est recommandé de consommer au moins 35 grammes de fibres par jour. 
  • Mangez des bons gras, en petite quantité mais régulièrement ?: en plus d’inclure suffisamment de fibres, il est important que votre alimentation contienne des graisses saines comme des poissons gras (sardines et saumon), de l’avocat et de l’huile d’olive.  
  • Prenez un complément de probiotiques de qualité : pour équilibrer votre flore intestinale et maintenir un transit régulier. Sachez que certains probiotiques peuvent être meilleurs que d’autres (discutez-en avec votre naturopathe). Vous pouvez également inclure des aliments fermentés dans votre alimentation pour obtenir une dose quotidienne supplémentaire de ces bonnes bactéries.
  • Bougez votre corps tous les jours ??‍♀️: l’inactivité peut conduire à la constipation, surtout si vous avez soudainement abandonné votre programme d’exercice habituel. Faire une promenade quotidienne et faire des séances d’exercices à domicile pendant 20 à 30 minutes peuvent augmenter le flux sanguin et améliorer la motilité intestinale.
  • Buvez de l’eau ? : buvez au moins 2 litres d’eau par jour pour aider les fibres à traverser le tube digestif et améliorer votre transit.
  • Emploi du temps « special WC » ⏰ : l’importance de maintenir une routine régulière avec un emploi du temps organisé permet de rester centré et productif, surtout en temps de confinement. Cela s’applique également à votre routine WC ! Choisissez donc une heure à laquelle vous allez aux toilettes et respectez cette activité chaque jour ! 
  • Restez Zen ? : bien sûr, cette période est stressante et le stress affecte notre ventre, en particulier notre transit. Si vous êtes stressé, votre système digestif entend et ressent ce stress, et en conséquence ralentit et quand il ralentit, vous êtes constipé. Les choses peuvent sembler hors de contrôle en ce moment, mais limiter votre exposition aux médias renforçant la peur et la panique (y compris certains réseaux sociaux) est une excellente première étape pour réduire votre stress et votre anxiété. Vous pouvez également essayer des exercices de respiration profonde, du yoga et de la méditation (cf l’article sur le stress, ici).
  • Prenez du magnésium : certaines formes de magnésium peuvent agir comme un laxatif doux car il détend vos intestins et facilite le transit alors que d’autres formes de magnésium peuvent aider à réduire le niveau de stress. Le magnesium glycinate et le magnesium citrate sont deux des formes les plus courantes et les plus assimilables. Celui que vous choisissez dépend de ce que vous cherchez à cibler (discutez-en avec votre naturopathe afin de trouver ce qui vous convient le mieux). 

Prenez soin de vous, allez aux toilettes régulièrement et à bientôt ! 

Série Conseils-Naturopathiques-Maison par temps de confinement ? ? ?

Entre le COVID-19 et l’apparition des allergies printanières, il est indispensable de maintenir un système immunitaire en forme et bien motivé ! Une façon d’y parvenir consiste à ajouter des aliments riches en vitamine C à notre alimentation quotidienne.

Pourquoi la vitamine C ? La vitamine C est un antioxydant puissant ? connu pour soutenir notre système immunitaire. Elle diminue l’inflammation, combat les radicaux libres et améliore la qualité des globules blancs (nos « petits soldats » !). De plus, la vitamine C diminue les effets du stress oxydatif (le vieillissement de nos tissus et de nos cellules).

La vitamine C se trouve dans de nombreux fruits et légumes. En voici quelques uns que vous pouvez intégrer dans vos recettes pour apporter cette précieuse vitamine protectrice : 

  • Poivron rouge
  • Kiwi ?
  • Oranges ?
  • Pamplemousse
  • Choux de Bruxelles
  • Brocoli ?

Joyeuse alchimie culinaire  ✨ ??‍? ✨ et à bientôt. 

Comment soutenir vos hormones en période de confinement ?

Série Conseils-naturopathiques-maison par temps de confinement ?

Et oui, le stress n’influence pas que notre immunité (veuillez lire l’article sur le stress ici) mais également notre précieux système hormonal ! 

En période de stress, il est possible d’experimenter les symptômes suivants : délai d’ovulation, délai de règles, infertilité, symptômes prémenstruels un peu ou beaucoup plus marqués que d’habitude, fatigue et/ou perturbation du sommeil…

Notre corps a été conçu pour gérer de brèves et courtes périodes de stress. Ce mécanisme de survie passe par une perception du « danger » suivie d’une libération de l’hormone du stress = le cortisol. 

Le rôle du cortisol est de mobiliser l’énergie du corps pour une utilisation immédiate. En parallèle, il met également un terme à presque tous les autres systèmes et fonctions du corps (tels que les processus de reproduction et de digestion) afin de préserver l’énergie.

Cette réponse de stress est incroyablement efficace ponctuellement mais pas si salutaire lorsque cela se produit de manière chronique à cause de facteurs stressants comme les gros titres des médias induisant la peur, les contraintes financières, les incertitudes et autres conséquences de la situation actuelle.

Le stress chronique responsable d’une élévation du cortisol peut entrainer :  

  • une augmentation chronique de la glycémie qui va à son tour augmenter le niveau de testostérone, entrainant un déséquilibre hormonal ;
  • une diminution de la progestérone qui peut affecter la fertilité, le maintien d’une grossesse et la régularité du cycle menstruel ;
  • un retard ou l’arrêt de l’ovulation ;
  • une augmentation du SPM (syndrome prémenstruel) responsable de règles douloureuses, de maux de tête, de kystes ou de fibromes, des sautes d’humeur, d’une faible libido et d’une prise de poids (principalement autour des hanches, fesses et cuisses) ;
  • un retard de règles ;
  • une fatigue chronique influençant la dependance aux stimulants (caféine, chocolat, alcool…).

Comme vous pouvez le voir, la gestion du stress est un pilier essentiel de l’équilibre hormonal, d’un cycle menstruel sain et de la fertilité. Bien que nous puissions pas (encore !) effacer les sources de stress d’un coup de baguette magique, heureusement, il y a plusieurs options et techniques que vous pouvez mettre en place chez vous afin de soutenir vos hormones pendant cette période de confinement. 

1. Bien dormir : le sommeil est primORdial pour nos hormones et notre santé globale. C’est le moment où notre corps parvient à réparer les dommages causés pendant la journée et éliminer les toxines accumulées. Un bon sommeil est crucial pour réguler l’insuline et le cortisol. 

Pour optimiser votre sommeil, vous pouvez instaurer des rituels nocturnes relaxants comme un bain ou une douche chaude, boire une tasse d’infusion de valériane ou de passiflore, prendre du magnesium glycinate, lire, méditer…tout en limitant l’exposition aux inhibiteurs du sommeil comme les écrans, un repas tardif et lourd, un excès de sucre ou d’alcool. 

2. Bouger : l »exercice et le mouvement contribuent à améliorer la régulation de l’insuline tout en diminuant le stress. Essayez d’intégrer du mouvement dans votre routine quotidienne (marcher, danser, yoga…). 

Si vous le pouvez, vous pouvez synchroniser vos séances d’exercices physiques avec votre cycle menstruel en faisant des exercices physiques plus intenses pendant la première moitié de votre cycle et des séances plus douces et à faible impact comme le yoga, la marche au cours de la seconde moitié de votre cycle.

3. Bien manger + régulièrement : une alimentation équilibrée et riche en nutriments est votre meilleur allié pour équilibrer votre glycémie, optimiser la fonction intestinale et hépatique et minimiser le stress sur le corps. Assurez-vous de manger des repas avec une source de protéines, de bons gras et de fibres tout au long de la journée et de manger dans un environnement calme. Cela permet à votre corps d’utiliser et d’absorber correctement les nutriments essentiels à l’équilibre hormonal. Dans la mesure du possible, essayez de minimiser les aliments qui provoquent un excès de stress et d’inflammation dans votre corps tels que les aliments transformés ou sucrés et l’excès de caféine ou d’alcool. 

4. Restez hydraté : une bonne hydratation est cruciale pour la vitalité et la santé. Bien qu’il soit important de boire suffisamment d’eau (au moins 1,5 litre), il est tout aussi important de minimiser les substances déshydratantes comme la caféine et l’alcool.

5. Respiration + méditation : les pratiques d’ancrage comme la respiration, la pleine conscience et la méditation nous aide à nous connecter à notre système nerveux parasympathique (= système nerveux zen) tout en réduisant les niveaux de cortisol. Il existe de nombreuses applications de méditation guidée comme Headspace par exemple. 

6. Incorporer des plantes + suppléments * : la prise de plantes adaptogènes telles que l’ashwagandha ou le basilic sacré peut être un moyen extrêmement efficace de réduire le cortisol et de combattre le stress. D’autres suppléments comme le magnésium, les vitamines du groupe B et les oméga-3 peuvent reconstituer le stock de micronutriments nécessaires pour  calmer votre système nerveux, soutenir vos glandes surrénales et réduire l’inflammation.

* Je recommande toujours de consulter votre médecin et naturopathe avant de commencer tout nouveau supplément ou plantes, surtout si vous êtes actuellement enceinte, allaitez ou prenez d’autres médicaments.

7. Lorsque cela est possible, passez du temps dans la nature : de nombreuses études scientifiques indiquent que passer seulement 20 minutes dans un milieu naturel peut considérablement réduire les niveaux de stress dans le corps. Essayez de sortir à l’extérieur, d’écouter la symphonie des oiseaux, de regarder le ciel, les nuages et les étoiles, de sentir la brise sur votre peau…

8. Recadrer les pensées : il y a des facteurs de stress physiques et puis il y a des facteurs de stress émotionnels (c’est-à-dire la façon dont nous percevons les événements stressants comme les nouvelles, une réunion, une relation…). Le point positif des facteurs de stress émotionnels est que nous pouvons apprendre à diminuer et à recadrer la situation en se rappelant que tout est temporaire et en apprenant à prendre du recul pour ne pas se laisser envahir par nos emotions et nos pensées. 

9. Connexion + intimité : de nombreuses études ont montré que la connexion (l’échange) et l’intimité sont extrêmement efficaces pour réduire le stress dans le corps (le toucher et les étreintes libèrent de l’ocytocine, ce qui diminue les niveaux de cortisol et favorise un sentiment général de bien-être). Évidemment, ceci peut être difficile pendant les périodes de distanciation sociale, mais si vous avez un partenaire ou des proches, n’oubliez pas de vous faire beaucoup de câlins ou des massages ! Alternativement, la connexion avec des amis ou des proches via FaceTime ou Skype est toujours une excellente option pour diminuer le stress et équilibrer naturellement vos hormones. 

Enfin, si vous souhaitez un accompagnement plus ciblé à votre problématique hormonale et si vous êtes intéressé de mettre en place un programme naturopathique plus structuré et détaillé afin d’équilibrer votre niveau de stress, vos hormones et optimiser vos cycles menstruels, n’hésitez-pas à me contacter afin d’organiser une séance à distance. 

Prenez soin de vous, des autres et de vos hormones et à bientôt ! 

Ces nutriments qui nous font du bien !

Série Conseils-naturopathiques-maison par temps de confinement ?

Notre organisme est constitué de plusieurs milliards de cellules dont le fonctionnement optimal est lié à l’apport de MICRO-NUTRIMENTS indispensables : oligo-éléments, vitamines, acides gras… Or on observe fréquemment des déficits en ces éléments susceptibles d’entrainer des désordres fonctionnels tels qu’une baisse de l’immunité ou/et une réponse inflammatoire excessive.

Notre « ÉTAT NUTRITIONNEL » va donc jouer un rôle MODULATEUR fondamental sur notre santé et notre capacité à s’adapter à notre environnement. 

Certaines VITAMINES et MINÉRAUX spécifiques sont indispensables à la bonne marche de notre immunité. En plus de leurs rôles fondamentaux, ce sont de puissants antioxydants, qui interviennent dans le contrôle du processus inflammatoire plus la réponse inflammatoire est explosive ? plus les symptômes sont intenses. 

Le ZINC est un oligo-élément indispensable en période de « challenge » immunitaire et s’il existe une carence, elle se manifestera rapidement par une réponse immi-unitaire inadéquate. Il est donc important de s’assurer d’un état nutritionnel suffisant en zinc afin de faciliter notre réponse immunitaire. 

Maintenant que vous savez le rôle clé que joue le zinc dans votre équilibre immunitaire, vous allez pouvoir faire le plein à travers votre alimentation quotidienne. 

Et voici une liste d’aliments riches en zinc que vous allez pouvoir consommer en conscience tous les jours : 

  • graines  de courge
  • graines de chanvre 
  • viande de boeuf nourrie à l’herbe (une fois par semaine)
  • pois-chiches
  • lentilles 
  • noix de cajou
  • huîtres
  • kefir
  • champignons
  • épinards
  • avocat 
  • poulet bio (pas aux hormones !)
  • amandes
  • chocolat noir (une autre raison de l’apprécier…avec modération !) 

⚠️ Il est possible que dans certains cas, en fonction de l’âge, du système digestif et de la capacité d’assimilation, il soit nécéssaire de prendre du zinc sous forme de SUPPLÉMENT. Parlez-en à votre naturopathe afin de voir sous quelle forme vous pouvez le prendre en respectant vos besoins individuels.

Prenez soin de vous et des autres et souvenez-vous que votre alimentation est votre premier médicament ??‍?  ?


L’Immunité est aussi dans le ventre !

Série Conseils-naturopathiques-maison par temps de confinement 

Savez-vous que 70 à 80 % de votre système immunitaire se trouve dans vos intestins ? Et oui !  Désormais, quand vous souhaitez renforcer votre immunité, n’oubliez-pas votre petit bidou ! 

Vos intestins hébergent 70 à 80 % des cellules immunitaires de votre corps et cela explique pourquoi votre système digestif et tout particulièrement votre FLORE INTESTINALE jouent un rôle clé dans le bon fonctionnement de votre IMMUNITÉ. 

Alors, comment est-ce que vos intestins influencent votre immunité ? Et bien, au niveau de l’INTESTIN GRÊLE, se trouvent de nombreuses cellules immunitaires prêtes à partir en « bataille » pour défendre vaillamment votre corps en cas d’infection. Donc pas de bonne immunité sans des intestins en bon état !

L’autre allié fondamental de votre immunité est votre FLORE INTESTINALE située majoritairement dans votre côlon. Une flore intestinale équilibrée et variée va vous aider à maintenir un système immunitaire fort et efficace. Par contre, si votre flore intestinale est fragilisée,  cela va perturber votre santé immunitaire d’où l’importance de la soutenir régulièrement.  

Comment préserver ma flore intestinale : 

  • je mastique lentement et consciemment
  • je mange dans le calme
  • je consomme des céréales semi-complètes / du pain au levain
  • je cuis à la vapeur, à basse temperature ou à l’étouffée pour preserver les micro-nutriments 
  • je consomme des fruits en dehors des repas 
  • je consomme des aliments riches en probiotiques : produits laitiers bio au lait cru, yaourts k-philus, kefir, légumes lacto-fermentés, kombucha
  • je consomme des fruits et légumes riche en fibres solubles (pruneaux, figues sèches, carottes, poireaux, oranges, poires, pêches, pomme de terre, navets…)
  • j’evite le sucre raffiné et je favorise le sucre rapadura
  • je suis généreux(se) avec les aromates (persil, ciboulette, ail, thym, romarin, estragon, origan, basilic)
  • j’évite les excitants (café, coca…) et je bois du thé vert et des infusions d’hibiscus
  • si je dois prendre des antibiotiques ou si j’ai des symptômes de déséquilibre digestif ou immunitaire, je vois avec ma/mon naturopathe quel protocole sera le plus adapté à ma constitution et à mes besoins.

Prenez soin de vous, de votre flore intestinale et des autres et souvenez-vous que les consultations de naturopathie virtuelles sont toujours disponibles ? ? ?

Soutenir son immunité

Série Conseils-naturopathiques-maison par temps de confinement 

Après avoir ouvert la série avec un premier article sur le soutien des glandes surrénales, voici des conseils pour soutenir quotidiennement et naturellement votre système immunitaire. 

  • Consommez de l’ail : pour optimiser ses bienfaits médicinaux, émincez deux gousses d’ail et les laisser « reposer » pendant 15 minutes pour que les composés actifs se développent (le repos c’est bon pour tout le monde!).  Mélangez avec de l’huile d’olive extra vierge et un peu de sel de mer, puis étaler sur une tranche de pain au levain légèrement grillée. 
  • Buvez des infusions de gingembre : le gingembre est apaisant et réchauffant, idéal lorsque vous vous sentez un peu fatigué ou barbouillé. 
  • Prenez du curcuma : très utilisé en medicine traditionnelle Indienne grâce à ses effets bénéfiques sur les sphères immunitaire et inflammatoire. Vous pouvez l’utiliser dans vos recettes habituelles, sous forme de « lait d’or » ou bien en compléments. Et n’oubliez pas de l’associer avec du poivre et un bon gras (lait ou huile de coco, ghee…).
  • Supplementez-vous en vitamine C naturelle : pour le fonctionnement optimal de vos globules blancs ?
  • N’oubliez pas la vitamine D : grand allié de votre système immunitaire. 
  • Prenez du zinc : les études montrent que le le zinc est fondamental au bon fonctionnement de vos cellules immunitaires. 
  • Faites un « nettoyage » nasal : à l’ancienne avec un « neti pot » ou bien avec une solution saline en spray que vous trouverez en pharmacie.
  • Enfin, prenez un bain au sel d’Epsom : pour relaxer les muscles et détendre le corps qui, sous l’effet du stress, se contacte causant chez certain(e)s des maux de tête / migraines.

Prenez soin de vous et des autres et à bientôt pour d’autres conseils / échanges, virtuels certes mais avec beaucoup de coeur !